Volkswagen au 40e Symposium automobile international de Vienne : conduite automatisée, propulsion hybride et début d’une nouvelle ère de la mobilité électrique

Volkswagen au 40e Symposium automobile international de Vienne : conduite automatisée, propulsion hybride et début d’une nouvelle ère de la mobilité électrique

  • Avec l’introduction de son système d’hybridation légère de 48 volts, Volkswagen entre dans la deuxième phase de l’électrification à grande échelle de sa flotte
  • Volkswagen donne pour la première fois un aperçu précis de la plate-forme MEB
  • Au cours de la prochaine étape, Volkswagen encouragera le développement vers la conduite hautement automatisée
(Traduction)

Conduite automatisée de niveaux 3 et 4, système d’entraînement de 48 volts et plate-forme exclusivement destinée aux véhicules électriques : Volkswagen a montré la voie vers une mobilité connectée et neutre en CO2 lors du 40e Symposium automobile international de Vienne. Le système d’hybridation légère (mHEV) apporte une contribution non négligeable pour la mobilité durable. En fonction du style de conduite, il permet d’économiser environ 0,4 litre de carburant aux 100 kilomètres et de réduire les émissions de CO2. En outre, Volkswagen donne pour la toute première fois un aperçu précis de la plate-forme MEB (plate-forme modulaire pour véhicules électriques) qui servira de base pour la conduite autonome.

 

« Nous voulons offrir à chaque client la mobilité qu’il souhaite. Et nous voulons proposer à chaque marché exactement la mobilité dont il a besoin. C’est pourquoi notre stratégie en matière de propulsion mise sur une large combinaison de technologies », explique Frank Welsch, membre du conseil d’administration de la marque, qui a tenu le discours d’ouverture au palais impérial de la Hofburg à Vienne. « Notre catalogue de motorisations va des véhicules semi-électrifiés comme les mHEV aux véhicules totalement électrifiés basés sur notre plate-forme MEB. »

 

Avec le système d’hybridation légère (mHEV) de 48 volts combiné au moteur essence 1.5 TSI EVO, Volkswagen commence une nouvelle phase de l’hybridation de ses motorisations. Le réseau de bord conventionnel de 12 volts est rejoint par un réseau de 48 volts. Cette tension est utilisée par l’alterno-générateur entraîné par courroie, disposé à la place occupée jusqu’alors par l’alternateur dans le système auxiliaire.

 

Il contrôle deux modes de fonctionnement cruciaux : la récupération et le boost. Pendant la récupération, l’alterno-générateur agit comme un alternateur qui peut absorber une partie de l’énergie cinétique du véhicule. L’énergie récupérée est stockée sous forme d’énergie électrique dans une batterie lithium-ion de 48 volts séparée qui est disposée sous le siège du passager avant. Cette énergie est libérée lors du boost pour entraîner l’alterno-démarreur et assister le moteur TSI. D’autres fonctions intelligentes de l’alterno-démarreur aident le moteur TSI pendant le démarrage, jouant dans ce cas le rôle d’un démarreur à pignon. Il permet ainsi d’économiser du carburant et de rendre le démarrage du véhicule encore plus confortable.

 

Le mHEV comprend également la fonction roue libre, moteur coupé, déjà connue. Ce mode permet au véhicule d’avancer en roue libre lorsque le moteur est coupé de manière à ne produire aucune émission, ce qui contribue considérablement à faire réduire la consommation de 0,4 litre/100 km. Un convertisseur continu-continu qui convertit la tension de 48 volts en tension de 12 volts fait la liaison entre le réseau de 48 volts et le reste du système électrique du véhicule.

 

Pour Volkswagen, la méthode de réduction des émissions de CO2 la plus efficace consiste à développer à grande échelle les véhicules électriques à batterie (VEB). La base des voitures électriques de la prochaine génération est la plate-forme MEB. Ses caractéristiques clés sont la batterie haute tension intégrée dans le plancher pour gagner de la place, le moteur électrique compact sur l’essieu arrière ou éventuellement sur l’essieu avant ainsi que le système de charge CCS de série pour la recharge rapide. Elle forme également la base de la toute nouvelle architecture électronique end-to-end « E³ » et du système d’exploitation « vw.OS » qui permettra d’établir de nouveaux services de mobilité et systèmes d’aide à la conduite. Volkswagen évolue ainsi d’un pur constructeur automobile à un fournisseur de services et crée en outre le cadre pour la conduite automatisée.

 

Un bon exemple de la quantité de travail de développement investi par Volkswagen pour industrialiser à grande échelle les moteurs électriques est le moteur primaire de la plate-forme MEB sur l’essieu arrière. « La plate-forme utilise un moteur synchrone à aimants permanents qui est caractérisé par une densité de puissance élevée, un rendement élevé et ses performances constantes sur une plage de régime de 16 000 tr/min », explique Karsten Bennewitz, chef du développement des motorisations hybrides et électriques. Le premier véhicule basé sur la plate-forme MEB est l’ID.3. Avec une autonomie de 330 à 550 km (WLTP), une puissance de 150 kW et une vitesse maximale de 160 km/h, ce véhicule pourra offrir une conduite sans émissions locales.

 

Volkswagen met au point des fonctions assistées depuis plus de 20 ans déjà et propose aujourd’hui un vaste éventail de systèmes d’aide à la conduite pour le guidage longitudinal et transversal des véhicules rassemblés sous la bannière IQ.DRIVE. Ces systèmes représentent les premiers pas vers la conduite automatisée et, enfin, la conduite sans conducteur. À l’avenir, des véhicules autonomes participeront activement à la circulation routière, dans une multitude de domaines comme les autoroutes ou les parkings.

 

Le véhicule prendra progressivement la main sur de plus en plus de tâches du conducteur. Le bond du niveau 2 (automatisation partielle) déjà disponible aujourd’hui vers les niveaux 3 et 4 pose un défi particulier en matière de technique, mais aussi de législation et d’éthique. En effet, dans ces niveaux, la responsabilité de la conduite est transférée pour la toute première fois du conducteur à la fonction de conduite autonome, au moins temporairement.

A propos de Volkswagen Belgium

Press room Volkswagen Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle. Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée


Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement trois activités articulées autour de marques fortes :

  • D’Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules des marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. Il est le premier distributeur de voitures en Belgique avec une part de marché d’environ 21% et 1,2 million de véhicules en circulation. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 3,4 milliards d’euros et 113,0 millions d’euros en 2018.
  • Belron (détenu à 54,10 %) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 35 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des clients des assurances. Elle a également étendu ses services aux marchés de la réparation et du remplacement automobiles et en cas de dommage immobilier. Le chiffre d'affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 3,8 milliards EUR et 225,7 millions EUR en 2018.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 115 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 174,1 millions d’euros et 28,6 millions d’euros en 2018.



Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy