Du constructeur de la Coccinelle au fournisseur de mobilité à l’échelle mondiale : le Groupe Volkswagen démocratise depuis 80 ans la mobilité

Du constructeur de la Coccinelle au fournisseur de mobilité à l’échelle mondiale : le Groupe Volkswagen démocratise depuis 80 ans la mobilité

Vendredi 2 juin 2017 —  

L’un des plus grands constructeurs automobiles au monde a vu le jour il y a 80 ans. L’entreprise, connue aujourd’hui sous le nom de « Groupe Volkswagen », fut fondée le 28 mai 1937 à Berlin et s’appela à l’origine Gesellschaft zur Vorbereitung des Deutschen Volkswagens mbH.  Celle dont l’histoire a commencé avec la Coccinelle est devenue en huit décennies un acteur mondial de 12 marques, de 120 sites de production répartis sur 4 continents, de plus de 620 000 collaborateurs et de plus de 10 millions de véhicules vendus chaque année.

L’idée de rendre accessible la conduite d’une voiture à toutes les classes sociales fascina les hommes et les ingénieurs dès le début du 20e siècle. Les nationaux-socialistes exploitèrent cette idée populaire et le Reichsverband der Automobilindustrie (l’union de l’industrie automobile allemande) confia la construction d’« une voiture pour le peuple allemand » au constructeur automobile Ferdinand Porsche en 1934. Avec son équipe, il mit au point un véhicule prêt pour la production en série dès 1938 qui démocratisa la mobilité pendant des décennies après la fin de la Seconde Guerre mondiale. La Coccinelle était à l’origine de l’ascension du Groupe Volkswagen et était la voiture la plus populaire de son temps avec 21,5 millions d’exemplaires vendus.

La construction d’une usine fut lancée en mai 1938 au bord du Mittelandkanal, dans l’actuelle ville de Wolfsburg, afin de produire la Volkswagen type 1, appelée KdF-Wagen à l’époque. La construction de ce modèle fut toutefois de la propagande. Jusqu’en 1945, seuls 630 véhicules furent fabriqués à Wolfsburg. Des armements militaires, dont la Kübelwagen et la Schwimmwagen, les remplacèrent pour la Seconde Guerre mondiale. Après la fin de la guerre, les Britanniques reprirent la gestion de l’usine et de la ville et posèrent des jalons importants pour le développement de Volkswagen. Ils s’attelèrent à la reconstruction et relancèrent la production en décembre 1945 avec 55 exemplaires de la Volkswagen type 1, bientôt appelée « Coccinelle ». Ils jetèrent également les bases du développement de Volkswagen vers le marché mondial : les exportations à l’étranger débutèrent en 1947 avec 5 véhicules pour les Pays-Bas.

En réalité, l’administration britannique fit de Volkswagen une entreprise civile qui put commencer en pole position dans le miracle économique allemand.  En octobre 1949, les Britanniques rendirent l’administration à l’État. Celle-ci fut confiée au Land de Basse-Saxe. La Coccinelle et le Transporter marquèrent considérablement le développement de Volkswagen. La forte demande pour ces deux modèles donnèrent lieu à la construction d’autres usines : le Transporter fut construit à partir de 1956 à Hanovre, les boîtes de vitesse furent produites à Cassel, les essieux et les outils furent prévus à Brunswick et l’usine d’Emden vit le jour pour les exportations transatlantiques.

Grâce à ses acquis, Volkswagen symbolisait le miracle économique allemand après la Seconde Guerre mondiale. Ce ne fut pas seulement le cas en Allemagne, mais aussi à l’étranger : la première société de distribution étrangère vit le jour au Canada en 1952 et la filiale brésilienne Volkswagen do Brasil Ltda. arriva en 1953. En 1960, l’entreprise publique fut largement privatisée : Volkswagen devient une société anonyme. À ce moment, elle comptait déjà 64 100 collaborateurs et produisait 888 500 véhicules par an.

L’entreprise connut un nouvel essor économique lorsqu’elle devint un groupe comprenant plusieurs marques : en 1965, Volkswagen reprit Auto Union GmbH, qui fusionna avec NSU Motorenwerke AG en 1969 pour devenir aujourd’hui Audi AG. D’autres marques suivirent à partir du milieu des années 1980 : SEAT (1986), ŠKODA (1991), Bentley (1998), Bugatti (1998), Lamborghini (1998), Porsche (2009), MAN (2011), Ducati (2012) et Scania (2015). La Volkswagen Financial Services AG réunit avec succès le domaine des services financiers sous la même enseigne. Grâce à l’entreprise MOIA fondée en décembre 2016, le Groupe est également actif dans le secteur très porteur des services de mobilité.

Le fait d’opter pour des moteurs refroidis par eau au lieu des moteurs refroidis par air et pour la traction avant au lieu de la propulsion arrière entre 1973 et 1975 fut un fait marquant de l’histoire d’un point de vue technologique, mais annonça aussi l’arrivée d’une nouvelle ère. Les modèles Passat, Sirocco, Golf et Polo aidèrent Volkswagen à sortir de la crise provoquée par le recul des ventes et le choc pétrolier de 1973. La Golf, qui a donné son nom à toute une catégorie de véhicules et qui a été vendue à plus de 33 millions d’exemplaires jusqu’à aujourd’hui, devint rapidement le successeur de la Coccinelle et s’imposa comme un véhicule hors classe pour des personnes ayant des besoins très différents.

Volkswagen est désormais un acteur mondial également en raison de son arrivée précoce sur le marché chinois, où le premier véhicule de la marque a été produit en 1985 en collaboration avec un partenaire local. Aujourd’hui, le Groupe Volkswagen a formé deux coentreprises avec des partenaires chinois et une troisième verra bientôt le jour. Dans l’Empire du Milieu, le Groupe a vendu près de 4 millions de voitures en 2016. 

Après plusieurs années de croissance interrompue, la crise du diesel et les nouvelle exigences du marché ont poussé le Groupe Volkswagen à prendre une nouvelle direction. Avec la « TOGETHER-Strategy 2025 », cette transformation se concrétise : l’entreprise, l’un des plus grands constructeurs automobiles, souhaite devenir l’un des plus grands fournisseurs de mobilité durable. Pour cela, la numérisation, l’électromobilité, la conduite autonome et les nouveaux services de mobilité y jouent un rôle important. Avec 80 ans d’histoire, le Groupe Volkswagen est optimiste pour l’avenir pour lequel il s’agit une nouvelle fois de faire preuve d’esprit d’innovation et de volonté de changement. De cette manière, le Groupe pourra écrire un nouveau chapitre dans son histoire prospère.

La chronique Volkswagen vous donnera davantage d’informations sur l’histoire de l’entreprise : http://www.volkswagenag.com/en/group/history.html.