Des Coccinelle en caisses : Volkswagen exporte des voitures en kit depuis 70 ans

Des Coccinelle en caisses : Volkswagen exporte des voitures en kit depuis 70 ans

 

 

  • « Completely Knocked Down » : depuis 1950, la marque Volkswagen VP exporte des voitures en pièces détachées et les assemble à l'étranger
  • Objectif : conquérir de nouveaux marchés et relier le réseau de production mondial de Volkswagen
  • Chaque année, quelque 25 000 conteneurs maritimes rejoignent dix pays et 27 sites
  • Environ 200 millions de véhicules exportés à ce jour
  • Expédition haute technologie faisant appel à la robotique et à l’intelligence artificielle

 

Depuis 1950, la marque Volkswagen VP expédie à l'étranger des voitures en pièces détachées qui sont ensuite assemblées dans le pays de destination. Cette procédure a un nom : « Completely Knocked Down (CKD) » ou « nécessaire non assemblé ». À l’origine, il s’agissait simplement de remporter de nouveaux marchés, mais aujourd'hui, le CKD assure également l'approvisionnement du réseau de production mondial de Volkswagen, et constitue un facteur de vente important : à ce jour, environ 200 millions de véhicules ont été exportés dans le monde entier. Chaque année, un peu plus de trois millions de pièces ou de véhicules s’y ajoutent. La première voiture à être assemblée à partir d’un kit de pièces détachées fourni dans une caisse fut la légendaire Coccinelle.

 

Le CKD peut être adopté pour plusieurs raisons : manque de rentabilité pour construire sa propre usine dans le pays concerné, trop peu d'unités, coûts d’équipement élevés d’une nouvelle implantation de production sur place ou encore réglementations douanières et d'importation.

 

Wolfsburg, centre névralgique

Voici comment cela fonctionne : toutes les commandes de CKD passées par les usines d'outre-mer sont centralisées à Wolfsburg. Le département de gestion des approvisionnements s’assure alors de la disponibilité des pièces de véhicules dans les usines et chez les fournisseurs européens. Les pièces des véhicules sont ensuite regroupées dans un des huit centres de distribution. Elles y sont emballées, puis chargées dans des conteneurs et expédiées par bateau, par train et par avion vers l’étranger et la Russie, où elles sont assemblées. Pas moins de 660 collaboratrices et collaborateurs assurent la distribution sur les seuls sites de Wolfsburg, Salzgitter et Cassel. D’autres sites sont localisés à Duisburg, Emden, Fallersleben, Wilhelmshaven et Martorell (Espagne). Ces huit centres d’emballage délivrent au total environ 1,7 million de mètres cubes de marchandises chaque année, soit quelque 25 000 conteneurs maritimes. Il faut compter environ huit semaines de la réception de la commande à la livraison du véhicule dans le pays de destination. Au total, environ 90 projets de véhicules différents des usines d’outre-mer sont fournis selon le principe du CKD depuis l’Europe.

 

La Coccinelle fut la première à sortir de sa caisse

Tout commença en 1950, lorsque la première Coccinelle arriva en Irlande en pièces détachées. Par la suite, des pièces furent expédiées en Afrique du Sud, en Argentine, au Brésil et au Mexique. En Amérique du Sud surtout, l’assemblage des véhicules en kit constitua également la pierre angulaire des grandes entreprises de production actuelles telles que Volkswagen do Brasil ou Volkswagen de México. Aujourd’hui, Volkswagen totalise 27 usines d’assemblage réparties dans dix pays. La plus grande usine d’assemblage CKD se trouve en Afrique du Sud et produit, entre autres, la Polo pour tous les marchés à conduite à droite. Le Tiguan, également assemblé à partir de kits en Russie et au Mexique, est un autre succès à l’exportation. D’autres usines se trouvent aux États-Unis, en Chine, au Brésil, en Argentine, en Inde, en Malaisie et en Indonésie.

 

De l’emballage à la main à la haute technologie

Si, dans un premier temps, les pièces étaient emballées manuellement dans des caisses, la haute technologie s’est à présent invitée depuis longtemps dans le processus. En effet, des robots dernier cri aident à charger les composants dans les centre de distribution. À cette fin, ils sont équipés d’un accessoire spécial qui leur permet de saisir les pièces automobiles de différentes formes et tailles. Ils soulagent ainsi les collaborateurs sur place, notamment lors de l’emballage de pièces lourdes. Qui plus est, des bots utilisent l’intelligence artificielle pour simplifier la communication par e-mail avec les fournisseurs. Ils les lisent et y répondent de manière autonome : si, par exemple, un fournisseur signale en réponse à une demande de commande par e-mail qu’un lot sera fourni en plusieurs livraisons partielles, cette information est automatiquement identifiée par le traitement automatique du langage naturel (NLP) et enregistrée directement dans le système SAP de gestion de la production.

 

Burkhard Hüsken, responsable du CKD de la marque Volkswagen VP : « Dans le passé, la coordination avec les usines d’outre-mer était assurée par une ou deux télécopies par semaine. Aujourd’hui, nous communiquons en temps réel avec nos usines de production et gérons ainsi quelque 9 000 références à expédier dans le monde entier. Les tâches des collaboratrices et collaborateurs ont changé du tout au tout : les “emballeurs de caisse” des débuts sont devenus des “logisticiens de données”. »

 

DB2020AL01333_large
DB2020AL01333_large
DB2020AL01334_large
DB2020AL01334_large
DB2020AL01335_large
DB2020AL01335_large
DB2020AL01336_large
DB2020AL01336_large
DB2020AL01337_large
DB2020AL01337_large
DB2020AL01338_large
DB2020AL01338_large
DB2020AL01339_large
DB2020AL01339_large
DB2020AL01340_large
DB2020AL01340_large
V20-32N - Käfer in Kisten V20-32N - Käfer in Kisten.docx - 620 KB V20-32N - Käfer in Kisten (2p) V20-32N - Käfer in Kisten (2p).pdf - 184 KB V20-32F - Käfer in Kisten V20-32F - Käfer in Kisten.docx - 620 KB V20-32F - Käfer in Kisten (3p) V20-32F - Käfer in Kisten (3p).pdf - 204 KB

 

A propos de Volkswagen Belgium

Press room Volkswagen Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle. Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée. Les informations relatives aux prix et aux équipements sont données à titre indicatif seulement. Les informations pour le marché belge se retrouvent sur le site:  www.volkswagen.be 

Profil du groupe:

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Automotive distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 



Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy