Assemblée générale annuelle : Volkswagen confirme les perspectives pour 2020 et souligne les investissements futurs

Assemblée générale annuelle : Volkswagen confirme les perspectives pour 2020 et souligne les investissements futurs

(traduction)

  • Le Groupe continue à compter sur un résultat d’exploitation positif pour 2020
  • Les livraisons et les commandes enregistrées en septembre devraient être supérieures à celles de l’année précédente
  • La tendance à la hausse devrait se poursuivre pour le reste de l’année
  • Les investissements dans la mobilité électrique et la numérisation sont confirmés, malgré la pandémie de COVID-19
  • Herbert Diess, CEO : « La transformation du Groupe n’est pas freinée par le coronavirus, mais accélérée par celui-ci. Le fait que la voiture se développe pour devenir un dispositif de mobilité entièrement connecté dans les dix prochaines années aura une portée bien plus grande que la transformation de la propulsion. »

 

Le Groupe Volkswagen a confirmé aujourd’hui ses perspectives pour 2020 et a souligné les investissements futurs prévus malgré la pandémie de COVID-19. « En 2019, comme en 2020, nous avons franchi des étapes importantes pour devenir un leader parmi les fournisseurs de mobilité électrique et numérique et atteint d’importants caps », a déclaré Herbert Diess, CEO du Groupe, lors de l’assemblée générale annuelle virtuelle de Volkswagen Aktiengesellschaft. « La transformation du Groupe n’est pas freinée par le coronavirus, mais accélérée par celui-ci .» Le Groupe prévoit d’investir 33 milliards d’euros dans la mobilité électrique d’ici 2024 et vise à devenir le leader du marché des véhicules électriques à batterie. Autre facteur de succès important, le nouveau système d’exploitation VW.OS, développé par Car.Software.Org et qui sera utilisé pour la première fois dans le projet Artemis d’Audi. 14 milliards d’euros seront investis dans le développement de l’expertise informatique et dans la conduite autonome d’ici 2024. « Le fait que la voiture prenne la forme d’un appareil de mobilité entièrement connecté dans les dix prochaines années aura une portée bien plus importante que la transformation de la propulsion », a assuré H. Diess. Volkswagen s’attend à ce que la tendance à la hausse se poursuive pour le reste de l’année et a confirmé la perspective d’un résultat d’exploitation positif pour 2020.

 

Le développement de l’entreprise lors de l’exercice en cours a clairement été frappé par les effets de la pandémie de COVID-19, bien que l’activité ait commencé à reprendre durant le second semestre de l’année. Au cours des huit premiers mois, les livraisons mondiales ont diminué de 21,5 % pour atteindre 5,6 millions de véhicules (contre 7,1 l’année précédente). Le Groupe dépasse toutefois le marché et enregistre une croissance de 0,4 point de pourcentage de sa part de marché mondiale par rapport à l’année précédente, portant cette part à 13 %. Les marques premium et de luxe ont connu des baisses plus faibles pendant la crise que les marques de volume et la division Truck & Bus. La Chine, le plus grand marché du Groupe, a enregistré la plus petite baisse régionale des livraisons, soit 11,5 % jusqu’à la fin du mois d’août. Environ une voiture neuve sur cinq sur le territoire chinois provient d’une marque du Groupe. Au cours de cette période, le Groupe a essuyé la plus forte baisse, -30,9 %, sur son marché d’origine, l’Europe occidentale, plus durement touchée par la pandémie de COVID-19. Néanmoins, là aussi, la part de marché a augmenté de 0,8 point de pourcentage pour atteindre 23,7 %. À la fin du deuxième trimestre, les liquidités nettes de la division automobile ont atteint la valeur respectable de 18,7 milliards d’euros. La réduction des stocks a beaucoup aidé à atteindre cet objectif.

Le Groupe a mis en œuvre un plan en 100 points pour maintenir la stabilité des chaînes de livraison et continuer à fournir des produits aux distributeurs et aux clients. Volkswagen a également assumé sa responsabilité sociale, en transformant par exemple une ancienne usine en hôpital temporaire en Afrique du Sud, en fabriquant des appareils respiratoires et des masques médicaux, ainsi qu’en faisant don de matériel de secours pour une valeur de 40 millions d’euros. De vastes programmes ont été lancés pour soutenir les concessionnaires. Le CEO a remercié les collaborateurs pour leur engagement. « Les 670 000 employés de Volkswagen ont particulièrement démontré leurs capacités pendant la pandémie de coronavirus », a constaté H. Diess.

Le Groupe s’attend à ce que les commandes et les livraisons de septembre soient en hausse par rapport à l’année précédente et prévoit la poursuite de cette tendance à la hausse durant le reste de l’année. En conséquence, Volkswagen a confirmé son objectif de rester rentable sur l’ensemble du Groupe et d’afficher un résultat d’exploitation positif en 2020. « Toutes les prévisions à moyen et long terme continuent d’impliquer une incertitude considérable et dépendent de l’évolution future de la pandémie », a ajouté Herbert Diess.

Lors de l’assemblée générale annuelle, les conseils d’administration et de surveillance ont proposé la distribution d’un dividende de 4,80 euros par action ordinaire et de 4,86 euros par action privilégiée. La société a ainsi amendé la proposition de dividende annoncée pour l’exercice 2019, qui était initialement de 6,50 € par action ordinaire et de 6,56 € par action privilégiée. Le solde des bénéfices nets non distribués, soit 855 millions d’euros, sera reporté à l’exercice de l’année prochaine. Expliquant le contexte, Herbert Diess a déclaré : « Cette décision n’est pas fondée sur un manque de solidité financière du Groupe. La proposition initiale de dividende était basée sur les bons résultats d’un exercice 2019 réussi. La nouvelle proposition tient maintenant compte des répercussions massives que la pandémie a eu et continue d’avoir sur notre entreprise. »

 

Déclarations relatives aux domaines stratégiques et aux marques

Dans le secteur des véhicules utilitaires, l’accent est placé sur la mise en œuvre de la stratégie Global Champion, afin d’exploiter encore mieux les synergies entre Scania et MAN, tout en tirant parti de nouveaux potentiels d’efficacité. « Au sein du conseil d’administration du Groupe, Gunnar Kilian est désormais responsable de la division Truck & Bus et s’occupe méthodiquement de la restructuration de notre activité camions. Avec le nouveau CEO de TRATON, Matthias Gründler, et le nouveau directeur de MAN, Andreas Tostmann, l’accent sera désormais mis sur l’amélioration de l’efficacité du constructeur MAN, établi de longue date à Munich », a détaillé H. Diess. Il a évoqué une éventuelle acquisition du constructeur américain de camions Navistar comme étant une étape importante dans la mise en œuvre de cette stratégie.

En ce qui concerne l’électrification chez Porsche, Herbert Diess a déclaré : « La marque a adopté, de loin, la stratégie d’électrification la plus ambitieuse de toutes les marques. Porsche estime que d’ici 2025 au plus tard, plus de la moitié de toutes les nouvelles Porsche seront électrifiées, c’est-à-dire alimentées uniquement par des batteries ou sous forme d’hybrides rechargeables. »

En décrivant le rôle d’Audi, le CEO du Groupe a confirmé : « Être le fer de lance technique et technologique du Groupe est l’objectif d’Audi et de son nouveau conseil d’administration, présidé par Markus Duesmann. La nouvelle équipe a commencé à travailler au printemps mue par l’ambition de ramener Audi en tête de la concurrence premium. » Le projet Artemis, sous la houlette d’Alexander Hitzinger, revêt une importance particulière. « Artemis va mettre au point une voiture électrique de nouvelle génération et s’associe pour ce faire à Car.Software.Org afin de développer le logiciel E³ 2.0 qui lui est destiné. Ce logiciel doit être déployé dans l’ensemble du Groupe. » Artemis sera le premier véhicule du Groupe à utiliser VW.OS, le nouveau système d’exploitation conçu par Volkswagen. Pour cela, Artemis a des liens étroits avec Car.Software qui combine l’expertise logicielle existante du Groupe et les acquisitions dans ce domaine.

Herbert Diess a caractérisé la situation actuelle des marques Sports & Luxury comme suit : « Nos charismatiques voitures de luxe, celles de Bentley, Lamborghini et Bugatti, résistent extrêmement bien à la crise. Les activités de Ducati dans le domaine des motos sont en nette progression par rapport à l’année dernière. »

Les commentaires de Diess sur la marque principale, Volkswagen, se sont concentrés sur le lancement des deux premiers modèles basés sur la plate-forme modulaire pour véhicules électriques (MEB) : « Le lancement de l’ID.31) est fondamental pour l’avenir de VW, ainsi que pour la réalisation des objectifs climatiques. Plus de 30 000 exemplaires de ce véhicule entièrement électrique ont été commandés. Dans la foulée de l’ID.3, Ralf Brandstätter, nouveau CEO de la marque Volkswagen, a présenté la semaine dernière le deuxième modèle de la famille ID, l’ID.42). L’ID.4 est une voiture mondiale qui sera lancée presque simultanément en Europe, en Chine et aux États-Unis. »

Herbert Diess a félicité la plus ancienne marque du Groupe Volkswagen, ŠKODA, qui célèbre son 125e anniversaire cette année, pour la réception positive de son premier véhicule basé sur la MEB. ŠKODA vient de lancer son premier SUV électrique construit sur la MEB, l’Enyaq3), qui combine les valeurs typiques de ŠKODA, telles qu’une technologie convaincante, un espace généreux et un bon rapport qualité-prix. « J’aimerais souhaiter au nouveau CEO, Thomas Schäfer, de réussir à sensibiliser encore davantage à ces valeurs », a ajouté Diess.

Le CEO du Groupe a également commenté l’orientation des marques SEAT et CUPRA : « SEAT est synonyme de produits séduisants et s’investit de plus en plus dans des segments de véhicules à prix plus élevés avec CUPRA. CUPRA deviendra une marque automobile électrique et électrisante qui captivera par ses designs vibrants, ses technologies de pointe et son allure moderne et urbaine. L’électrification de CUPRA débute par la CUPRA Leon en hybride rechargeable4 et l’el-Born5 tout électrique, qui sera lancée l’année prochaine. »

Selon Diess, des décisions clés sur l’orientation de la marque Volkswagen Commercial Vehicles ont été prises l’année dernière : « Le changement le plus radical au sein du Groupe a lieu dans le domaine des véhicules utilitaires légers à Hanovre. Les décisions concernant le partenariat avec Ford, l’électrification de la VW Bulli et la préparation de la technologie d’autopropulsion pour le transport des personnes et des marchandises avec ArgoAI ont déterminé le cap. Carsten Intra accompagne les véhicules utilitaires légers dans ce changement en tant que nouveau CEO. » La collaboration avec Ford est particulièrement importante, car elle réduit considérablement les coûts de développement pour les deux partenaires et leur permet de profiter d’économies d’échelle.

Volkswagen a été le premier constructeur automobile à s’engager à respecter les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. En ce qui concerne le « Green Deal » de l’UE, Herbert Diess a assuré : « Avec notre gamme de véhicules électriques en rapide expansion et la puissante transformation de la chaîne de valeur, le Groupe Volkswagen est mieux préparé que la concurrence à l’introduction prévisible d’objectifs plus stricts en matière de CO2 pour les flottes automobiles. Toutefois, les efforts de transformation de la chaîne de valeur doivent être encore intensifiés pour soutenir le Green Deal de la Commission européenne. »

 

En conclusion de son discours, le CEO a souligné l’importance de la transformation numérique pour l’industrie : « La transformation de la propulsion est le changement le plus simple que les constructeurs automobiles traditionnels doivent accomplir. Le fait que la voiture deviendra un appareil de mobilité entièrement connecté dans les dix prochaines années aura une portée bien plus importante. Volkswagen doit être en mesure de proposer non seulement des moyens de transport, mais aussi le cerveau qui dirige le véhicule en toute sécurité grâce à l’intelligence artificielle. Volkswagen veut combiner la voiture, le cerveau et les services, et offrir une expérience de mobilité unique, digne d’une nouvelle ère. Nous devons donc nous transformer en une entreprise numérique qui exploite de manière fiable des millions d’appareils de mobilité dans le monde, qui reste toujours en contact avec les clients et qui améliore les services, le confort et la sécurité des véhicules sur une base hebdomadaire, voire quotidienne. »

 

 

  1. Volkswagen ID.3 : consommation électrique combinée 15,4-14,5 kWh/100 km ; émissions de CO2 combinées 0 g/km, classe d’efficacité A+
  2. Volkswagen ID.4 : consommation électrique combinée 16,9-16,2 kWh/100 km ; émissions de CO2 combinées 0 g/km, classe d’efficacité A+
  3. ŠKODA ENYAQ iV 80 : consommation électrique combinée 15,5 kWh/100 km ; émissions de CO2 combinées 0 g/km, classe d’efficacité A+
  4. CUPRA Leon Hybrid : ce véhicule n’est pas encore commercialisé en vente en Europe.
  5. CUPRA el-Born : ce véhicule n’est pas encore commercialisé en vente en Europe.

 

A propos de Volkswagen Belgium

Press room Volkswagen Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle. Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée. Les informations relatives aux prix et aux équipements sont données à titre indicatif seulement. Les informations pour le marché belge se retrouvent sur le site:  www.volkswagen.be 

Profil du groupe:

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 



Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy