Retour vers le futur : Volkswagen Commercial Vehicles exposera un pionnier de la mobilité électrique au Techno Classica

Retour vers le futur : Volkswagen Commercial Vehicles exposera un pionnier de la mobilité électrique au Techno Classica

  • 42 ans après sa sortie de l’usine, un rare modèle de l’« Elektro-Transporter » de VW vient rejoindre la collection des modèles ancêtres de Volkswagen Commercial Vehicles
  • Le T2 électrique a été immatriculé en 1978 par les services de transports municipaux de Berlin
  • Les « Elektro-Transporter » avaient été construits dans les années 1970 pour un essai qui visait à tester la mobilité électrique

 

Volkswagen Commercial Vehicles va électrifier l’édition 2020 du Techno Classica à Essen qui était prévu du 25 au 29 mars, mais qui est, étant donné les circonstances, reporté au mois de juin. L’entreprise de Hanovre va en effet exposer le précurseur du futur ID. BUZZ sous la forme d’un fourgon Volkswagen électrique basé sur le T2. Immatriculé pour la première fois en avril 1978 par les services de transports municipaux de Berlin, il fait maintenant partie de la collection Oldtimer de Volkswagen Commercial Vehicles. Plus qu’un ancêtre, ce Bulli est l’un des rares véhicules classiques zéro émission au monde.

Revenons 50 ans en arrière. Époque à laquelle Volkswagen jetait les bases encore fragiles de la mobilité électrique du futur à Wolfsburg. En 1970, les inventeurs du Bulli et de la Coccinelle créaient une division de développement qui allait concevoir le premier modèle Volkswagen à propulsion électrique. À l’époque déjà, l’objectif était d’exploiter des sources d’énergies alternatives pour être moins dépendant des combustibles fossiles et pouvoir circuler en zone urbaine sans générer d’émissions. En 1972, l’entreprise exposait un premier prototype au Salon de Hanovre. Il s’agissait d’un pick-up à un plateau ouvert. Peu après débutait la courte campagne de production du Transporter électrique de Volkswagen. Celui-ci était proposé non seulement sous forme de pick-up, mais aussi de minibus et de fourgon, et affichait une charge utile exceptionnelle de 800 kg. Et ce, malgré la batterie qui pesait 880 kg à elle seule.

Un des participants à cet essai était la ville de Berlin. Dans les années qui ont suivi, les autorités de la ville ont acheté sept Bulli électriques. L’un d’entre eux était un T2 produit en 1977 et immatriculé le 14 avril 1978 par les services de transports municipaux de Berlin, division des égouts. Il était orné du slogan : « Alimenté à l’électricité – écologique ». Berlin avait, de fait, pris cet essai très au sérieux : une station de changement de batterie avait été installée dans le quartier de Tiergarten. Elle permettait, en cinq minutes à peine, de remplacer la batterie vide par une batterie chargée. Cette opération était possible, car il suffisait de pousser la batterie installée sous la surface de chargement pour l’extraire. Volkswagen avait développé la technologie de charge et d’échange de batterie en collaboration avec la Rhenish-Westphalian Electricity (RWE) et General Electric Street Vehicles Co. (GES).

Il était également possible de charger la batterie de traction au plomb de Varta en branchant un connecteur dans une interface placée à l’arrière du Bulli. Il y a plus de 40 ans, le Transporter du futur disposait déjà d’un système de récupération d’énergie qui permettait de stocker l’énergie cinétique lors du freinage. La batterie pouvait stocker 21,6 kWh, une quantité d’énergie suffisante pour permettre au transporteur électrique de Volkswagen de parcourir jusqu’à 85 km. La force motrice provenait d’un moteur shunt à courant continu et excitation séparée produit par Bosch (plus tard Siemens). Ce moteur fournissait une puissance constante de 16 kW (22 ch) qui pouvait brièvement atteindre 32 kW (44 ch). Le couple maximum était de 160 Nm.

Ainsi alimenté à l’électricité, le Transporter de 2 170 kg pouvait atteindre une vitesse maximale de 75 km/h, ce qui était tout à fait suffisant pour une utilisation en zone urbaine. Mais le modèle est allé plus loin encore : le Transporter électrique de Volkswagen a marqué le point de départ du processus de développement qui a conduit des générations d’ingénieurs à tenter de créer un Bulli zéro émission destiné à la production en grande série. Ce qui a manqué pendant des décennies est une technologie de batterie véritablement pratique. Les choses sont différentes aujourd’hui. Volkswagen Commercial Vehicles propose déjà l’e-Crafter, un grand fourgon zéro émission moderne. En 2022, l’ID. BUZZ et l’ID. BUZZ Cargo prendront leur envol. Prêt pour le futur de la mobilité.

 

 

A propos de Volkswagen Belgium

Press room Volkswagen Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle. Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée. Les informations relatives aux prix et aux équipements sont données à titre indicatif seulement. Les informations pour le marché belge se retrouvent sur le site:  www.volkswagen.be 

Profil du groupe:

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 



Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy