The Endless Summer Feeling : première mondiale de la Beetle Dune à Los Angeles

The Endless Summer Feeling : première mondiale de la Beetle Dune à Los Angeles

Mardi 17 novembre 2015 — La Beetle Dune établit une passerelle avec les légendaires Buggies des années 1960 et 1970. Look offroad emblématique généré par une carrosserie surélevée et des jantes de 18 pouces

 

 

La nouvelle Beetle Dune en dix points-clés

  1. Crossover : la Beetle Dune fait ses débuts au Salon de Los Angeles en tant que Coupé et Cabriolet, affichant le look tout-terrain des modèles offroad
  2. Caractère : la Beetle Dune établit une passerelle avec les légendaires Buggies des années 1960 et 1970
  3. Extérieur : éléments offroad rapportés, nouveaux pare-chocs, diffuseur et jantes de 18 pouces de série
  4. Nouvelles couleurs : « Sandstorm Yellow Metallic » et « Dark Bronze Metallic » ; les jantes peuvent aussi être obtenues en « Sandstorm Yellow Metallic » (option)
  5. Look tout-terrain : protections de carrosserie et élargisseurs d’arches de roue, garde au sol rehaussée
  6. Habitacle charismatique : de nouvelles couleurs pour le « dashpad » et des sièges sport personnalisés
  7. De série : régulateur de vitesse, détecteur de pluie, rétroviseur intérieur à commutation jour/nuit automatique, « ParkPilot », assistant au démarrage en côte
  8. Puissance : 170 ch pour la Beetle Dune aux États-Unis, 150 ch en Belgique
  9. Trouvaille américaine : le « New York Times » a été le premier média à utiliser le nom « Beetle » (« Coccinelle »), dans les années 1930
  10. Commercialisation : début 2016

 

La Beetle est une voiture emblématique. Aujourd’hui, ce véhicule à nul autre pareil s’enrichit d’une nouvelle variante : la Beetle Dune, le premier modèle « crossover » de la série depuis l’invention de la Coccinelle (alias la Beetle), il y a plus de 80 ans. En hommage aux conducteurs américains, qui ont toujours éprouvé une sympathie particulière pour la Beetle, Volkswagen présente la version de série du crossover en première mondiale dans le cadre du Salon de Los Angeles (Los Angeles Auto Show).

 

Dans le cas présent, crossover est synonyme de coupé ou de cabriolet arborant un look offroad. Le design, les grandes roues de 18 pouces et la carrosserie surélevée de la Beetle Dune s’inspirent des légendaires Dune Buggies. À l’époque, ceux-ci ont tous été conçus sur la base de la Coccinelle originelle pour les étés californiens et les plages de Santa Barbara et de San Diego. Précisément le « biotope » préféré de la nouvelle Dune Beetle. Simultanément, elle devrait également séduire les habitants des contrées plus au nord. Car quiconque se déplacera à son bord, que ce soit aux États-Unis ou n’importe où dans le monde, sera captivé par l’ambiance d’« Endless Summer »* (ou d’« été sans fin ») qui s’en dégage, même en plein hiver. Un sentiment encore renforcé quand la Volkswagen est parée d’une robe « Sandstorm Yellow Metallic », une teinte jaune dune. La commercialisation de la Beetle Dune commencera en Amérique du Nord, en Asie, en Europe et en Afrique du Sud au début de l’année 2016. Soit dit en passant : si la Coccinelle est originaire d’Allemagne, elle doit son surnom (Beetle en anglais) aux Américains. C’est en effet le « New York Times » qui a qualifié la (alors nouvelle) Volkswagen de « shiny little beetle » (« petite coccinelle brillante ») dans un article paru le 3 juin 1938.

 

* « The Endless Summer » est un film documentaire des années 1960 consacré au style de vie des surfeurs californiens.

 

Marché et modèles

 

91.464 Beetle et Beetle Cabriolet ont quitté les chaînes d’assemblage en 2014. Si l’on considère les ventes totales de la marque au niveau mondial, ce modèle se place, en nombre d’exemplaires écoulés, entre le Touran européen et la Volkswagen CC, également proposée aux États-Unis. Par ailleurs, la Beetle est l’une des voitures « lifestyle » au succès le plus prononcé de son segment. Environ un tiers de toutes les Beetle et Beetle Cabriolet sont livrées aux États-Unis et tout porte à croire qu’aucun autre cabriolet à quatre places du segment des compactes ne connaît pareil succès, là ou ailleurs. Avec la Beetle Dune, Volkswagen nous offre un modèle unique en termes de conception : un coupé et un cabriolet au look offroad qui, comme signalé plus haut, suggère un été sans fin. Parmi les nouveautés figurent les pare-chocs, tous les éléments rapportés, le diffuseur arrière, les feux arrière à DEL de série et, également de série, les jantes « Canyon » de 18 pouces en alliage léger.

 

Moteurs 4 cylindres turbocompressés

 

Dans un premier temps, la Beetle Dune sera proposée aux États-Unis avec un moteur à essence turbocompressé de 125 kW (170 ch). En Belgique, elle sera disponible avec une motorisation TDI de 110 kW (150 ch).

 

La genèse de la Beetle Dune

 

L’an 2000 nous a valu une première vision d’une Beetle Dune. Paré d’une carrosserie surélevée jaune pétant et doté d’un segment de toit transparent amovible, ce concept-car dérivé de la New Beetle avait été conçu pour le Los Angeles Auto Show. À l’époque, Volkswagen écrivait à son propos : « Avec son segment de toit transparent amovible, cette Beetle offroad arbore un look emblématique qui la démarque clairement d’autres produits d’un segment situé exactement entre celui des voitures à usage exclusivement routier et celui des voitures destinées spécifiquement au tout-terrain. » En tant que concept-car, la New Beetle Dune donnait une idée de ce qui serait faisable. Une production en série ne figurait cependant pas au programme à ce moment. Les designers de Volkswagen n’ont toutefois pas oublié cette auto. À l’instar de la Coccinelle originelle, elle continue à marquer les esprits. Et c’est par pure passion que les designers ont poursuivi le développement du modèle. En 2013, sous la houlette du designer en chef de Volkswagen, Klaus Bischoff, une équipe s’est attelée à transférer le concept de la New Beetle Dune sur la Beetle du XXIe siècle, avec à la clé une nouvelle étude. Cette dernière a été dévoilée en janvier 2014 au North American International Auto Show (NAIAIS) de Detroit. Aujourd’hui, on passe du concept à la série. En option, la version coupé de la Beetle Dune édition 2016 est disponible avec un toit panoramique transparent, héritage de l’étude New Beetle Dune. Ce qui n’était qu’une vision à peine réalisable techniquement en 2000 est désormais de l’ordre du « commun » en termes d’équipement pour la Beetle. Ça aussi, c’est le progrès.

 

L’extérieur de la Beetle Dune

 

Partie avant. Avec ses éléments rapportés d’inspiration offroad, ses pare-chocs redessinés, un diffuseur avant, un diffuseur arrière, sa carrosserie surélevée et des jantes de 18 pouces en alliage léger inédites pour la série, la Beetle Dune affiche un caractère puissant tout à fait distinctif. En témoigne sa partie frontale, qui a été remodelée en profondeur. Sa ligne de base emblématique et la forme typique des phares ronds sont restées inchangées. Il émane du tablier avant, totalement nouveau, un dynamisme extrêmement marqué. La grande écope centrale avec grille alvéolée (une caractéristique de design typique des modèles crossover et GTI de Volkswagen) s’impose ici en tant qu’élément stylistique déterminant. La grille va en s’élargissant vers le bas, soulignant l’allure sportive et assurée de la partie frontale. Elle est intégrée dans un cadre « Reflex Silver ». De part et d’autre de l’écope, on trouve un insert trapézoïdal bordé de noir mat qui accueille l’antibrouillard et le clignotant. Par ailleurs, la Beetle Dune se reconnaît à une admission d’air supplémentaire sous le rebord avant du capot, une particularité qui sera également l’apanage des futurs modèles R-Line et Sportline.

 

Silhouette. Les éléments rapportés offroad noirs frappent d’autant plus qu’ils sont combinés à des teintes de carrosserie claires. Les élargisseurs d’arches de roue doubles, étant constitués d’un « rayon extérieur » et d’un « rayon intérieur », témoignent d’un grand souci du détail. Il en émane une impression de robustesse et ils complètent harmonieusement le galbe des ailes. L’allure emblématique de la voiture est encore accentuée par les élargisseurs de bas de caisse « Reflex Silver » et les profilés de flanc noirs (aux allures de marchepieds stylisés « à la Coccinelle »). Ceux-ci sont surmontés d’une double bande décorative noire dans le prolongement de laquelle figure la signature « DUNE ». La baguette en aluminium anodisé qui borde le dessous des vitres latérales rehausse quant à elle les flancs d’une touche élégante.

 

Partie arrière. Trois éléments dominent l’arrière de la voiture en termes stylistiques : le grand spoiler, les nouveaux blocs optiques à DEL et le pare-chocs redessiné. Le spoiler de série, noir brillant au-dessus et couleur carrosserie en dessous, optimise la déportance au niveau du train arrière. Les feux arrière inédits génèrent une signature lumineuse totalement nouvelle. Quant au pare-chocs revu et corrigé, il souligne le caractère particulier de la Beetle Dune. La zone qui accueille la plaque d’immatriculation et la partie inférieure du pare-chocs sont exécutées en noir mat sur lequel se détache le diffuseur « Reflex Silver » brillant.

 

Couleurs et dimensions. Le client a le choix entre neuf peintures, dont deux nouvelles métallisées : « Sandstorm Yellow Metallic » et « Dark Bronze Metallic ». À côté de cela, on retrouve les « classiques » noir, « Pure White », « Moon Rock Silver Metallic », « Platinum Grey Metallic », « Reflex Silver Metallic », « Deep Black » (à effet perlé) et « Oryx White » (à effet nacré). Les branches des jantes « Canyon » de 18 pouces en alliage léger (chaussées de pneus 235/45), normalement polies au tour, peuvent être lasurées en « Sandstorm Yellow Metallic » en option. Les surfaces intérieures des roues restent, quant à elles, toujours noires. Les diffuseurs avant et arrière, de même que les boîtiers de rétroviseur et les élargisseurs de bas de caisse, sont exécutés en « Reflex Silver ». Le coupé peut être commandé avec un toit peint en noir, tandis que le cabriolet est systématiquement doté d’une capote en tissu noir. Les éléments rapportés, comme les profilés de protection des flancs, l’admission d’air avant alvéolée et les élargisseurs d’arches de roue sont également exécutés en noir. Ces derniers protègent la carrosserie et l’élargissent de 14 mm au total (largeur hors rétroviseurs de 1.822 mm). Cela s’accompagne d’un élargissement des voies de 7 mm à l’avant et de 6 mm à l’arrière. La garde au sol a pour sa part gagné 10 mm, compte tenu du look tout-terrain du véhicule.

 

L’habitacle de la Beetle Dune

 

Les couleurs « Sandstorm Yellow » et le noir dominent l’intérieur de la voiture. Cette Beetle est différente, à l’instar de ses sœurs. On a affaire à une voiture qui défie les conventions. Emblématique et unique. D’un côté, on a le pare-brise relativement droit qui fait référence au monde des classiques. Par ailleurs, il y a le tableau de bord – le « dashpad » –, qui marie des technologies et éléments de commande innovants, d’une part, et des surfaces peintes et une boîte à gants « à la Coccinelle », d’autre part. Quatre personnes y bénéficient d’un espace et d’un confort appréciables. Ses sièges se prêtent aussi bien à un tour chronométré sur le circuit de Laguna Seca qu’à un voyage de Los Angeles à Las Vegas. Et il y a ces formes qui ne sont pas une fin en soi, mais recèlent toujours également un côté fonctionnel. C’est par exemple le cas du design du tableau de bord, qui, visuellement, est effectivement un clin d’œil à celui de la Coccinelle tout en n’étant pas rétro.

 

L’équipe en charge de la conception de la Dune a poussé cette individualisation encore plus loin. En termes de couleurs, trois éléments ont joué un rôle prépondérant dans ce processus. Premièrement, il y a de série le dashpad « Sandstorm Yellow Metallic », auquel est accordé le bandeau supérieur de contre-porte (ces éléments sont exécutés en noir brillant en combinaison avec les couleurs extérieures « Reflex Silver Metallic », « Moon Rock Silver Metallic », « Dark Bronze Metallic », « Oryx White » (à effet nacré) et « Pure White ». Deuxièmement, le cerclage des cadrans des instruments principaux et secondaires, également de couleur « Sandstorm ». Troisièmement, les surpiqûres contrastantes des sièges sport avant (y compris l’accoudoir) et des sièges arrière, du volant gainé de cuir (avec logo « DUNE »), de la poignée du levier de frein à main et du pommeau du levier de changement de vitesse, exécutés dans la teinte « Curry » assortie. La même couleur a été retenue pour les coutures décoratives des tapis de sol en tissu. Le recours aux couleurs « Sandstorm » et « Curry » garantit un effet particulièrement frappant, étant donné que tous les autres éléments soit sont noirs, soit présentent l’aspect de l’aluminium. Au rang des éléments réalisés en noir figurent les sièges (revêtement « Ceramique » foncé), l’habillage des contre-portes, les montants de toit et le ciel de toit.

 

Un système audio haut de gamme signé Fender. En combinaison avec les installations « Composition Media » et « Discover Media », Volkswagen propose en option un système de sonorisation haut de gamme du légendaire fabricant américain Fender. Il va de pair avec un éclairage d’ambiance pour l’habitacle qui permet un choix de trois couleurs (blanc, rouge et bleu). Il se compose, outre de l’éclairage indirect au niveau du bandeau supérieur de contre-porte, d’un cerclage lumineux des haut-parleurs logés dans les portières. Les triangles d’ancrage des rétroviseurs ainsi que les habillages latéraux à l’arrière accueillent chacun deux haut-parleurs d’aigus. On trouve des haut-parleurs de graves dans les portières avant et dans les garnitures latérales arrière. Ces derniers sont associés à des haut-parleurs d’aigus supplémentaires. À cela s’ajoute un caisson de graves intégré dans le coffre. Le cœur du système est un amplificateur à 10 canaux avec des étages finaux de classe A/B et une puissance de sortie de 400 W.