Volkswagen est un pôle d’innovation et le leader mondial en Recherche & Développement avec des investissements qui totalisent 11,5 milliards d’euros

Volkswagen est un pôle d’innovation et le leader mondial en Recherche & Développement avec des investissements qui totalisent 11,5 milliards d’euros

Jeudi 26 mars 2015

  • Volkswagen anticipe l’évolution de l’automobile avec son plan stratégique « Future Tracks »
  • L’électromobilité et l’informatisation des véhicules, des usines et du commerce sont au cœur des préoccupations
  • Chez Volkswagen, 46.000 personnes du département R&D et plus de 10.000 informaticiens œuvrent à la mobilité du futur
  • La marque possède le parc automobile aux émissions de CO2 moyennes les plus basses : 57 variantes de modèles satisfont déjà à l’objectif de 95 g/km
  • Appel du président du directoire de Volkswagen AG en faveur d’« une Europe où les innovations seraient vraiment les bienvenues »
  • Bon début d’année 2015 : pour la première fois de son histoire, le Groupe a livré plus de 1,5 million de véhicules en janvier et février

Volkswagen a investi l’an passé 11,5 milliards d’euros en Recherche & Développement, soit plus que jamais auparavant et plus qu’aucune autre entreprise dans le monde. « Volkswagen est un pôle d’innovation. Nous développons des technologies qui préfigurent déjà le futur lointain », soulignait le professeur docteur Martin Winterkorn, président du directoire de Volkswagen AG, à la veille du dernier Salon international de l’Auto et Accessoires de Genève.

 

D’après Martin Winterkorn, l’entreprise la plus innovante au monde emploie actuellement 46.000 personnes dans son département R&D et plus de 10.000 informaticiens. Tous ces gens œuvrent à la mobilité du futur, par exemple via des concepts de propulsion alternatifs ou l’informatisation des véhicules et des usines. Toujours selon M. Winterkorn, le constructeur anticipe l’évolution de l’automobile avec son plan stratégique « Future Tracks ». Pour rester un acteur de premier plan face à la concurrence asiatique et américaine, le président du directoire de Volkswagen AG a appelé l’industrie européenne à « faire preuve d’encore plus de courage et d’une capacité d’innovation encore plus grande ». Avant d’ajouter : « Mais nous avons également besoin d’une plus grande ouverture d’esprit et d’un soutien plus appuyé de la part des pouvoirs publics et de la société. »

 

« Chez Volkswagen, la technologie n’est jamais une fin en soi », a insisté Martin Winterkorn. « Toutes ces technologies sont au service des gens, nos clients. Parce qu’elles rendent les déplacements en voiture plus sûrs et plus confortables, parce qu’elles utilisent les ressources naturelles avec davantage de parcimonie et respectent l’environnement, et parce qu’elles assurent la jonction entre l’automobile et le monde numérique. » C’est la raison pour laquelle M. Winterkorn aimerait voir naître « particulièrement en Europe un climat où les nouvelles


 

technologies ne seraient pas considérées d’emblée avec suspicion », mais au contraire « où les innovations seraient vraiment les bienvenues ». Haut-lieu de l’ingénierie et de la production automobiles, l’Europe se doit par exemple de promouvoir rapidement et avec détermination des technologies essentielles comme la conduite autonome.

 

Et Martin Winterkorn d’ajouter : « Cela vous surprendra peut-être, mais je vois d’un très bon œil l’intérêt que portent Apple, Google et d’autres à l’automobile, car cela signifie que la voiture sera d’autant mieux acceptée par les générations de l’ère numérique. »

 

Volkswagen s’intéresse de très près aux questions d’avenir de l’industrie automobile comme l’électromobilité, l’informatisation des véhicules, des usines et du commerce, ou encore l’évolution de la société, qui est en train de modifier – et, dans une certaine mesure, de redéfinir – le rôle de la voiture. « Notre plan stratégique “Future Tracks” chapeaute l’ensemble de ces activités », a précisé Martin Winterkorn, signalant au passage que, grâce à la technologie des capteurs et à la connectivité, le Groupe possède déjà le plus gros parc roulant connecté au monde. Avant d’ajouter que le constructeur possède également la plus grande flotte de véhicules « basses émissions » dans le monde, 57 variantes de modèles de la gamme actuelle satisfaisant déjà à l’objectif de 95 g/km de CO2. En outre, l’entreprise offre le plus grand choix de solutions en termes d’électromobilité avec neuf véhicules électriques et hybrides « plug-in ».

 

Volkswagen est déterminé à atteindre ses objectifs environnementaux

 

« Volkswagen est déterminé à atteindre ses objectifs environnementaux », a également rappelé Martin Winterkorn, précisant dans la foulée que le faible cours actuel du baril de pétrole n’y changerait rien : « Le pétrole ne restera pas éternellement à un prix aussi bas. Le taux de CO2 que nous nous sommes fixé est toujours d’actualité, et ce, quels que soient les prix des carburants, car il y va avant tout de notre responsabilité dans la lutte contre le changement climatique. C’est pourquoi notre politique de diversification des systèmes de propulsion est la bonne. » Selon M. Winterkorn, il est indispensable de continuer à améliorer les performances des moteurs à essence et diesel. « Et je serai très clair sur un point : ceux qui dénigrent le diesel compromettent les objectifs en termes d’émissions de CO2. »

 

À l’heure actuelle, l’orientation écologique entamée par le Groupe Volkswagen – et en particulier le nouveau plan de 2012 – produit des résultats très positifs, puisque le Groupe affiche une bonne avance sur le calendrier fixé de ses principaux objectifs environnementaux. À titre d’exemple, en 2014, les émissions moyennes de son parc européen de voitures neuves ont été ramenées à environ 125 g/km de CO2, soit 13% de moins qu’en 2010 et 31% de moins qu’en 1995. En clair, le Groupe est déjà bien en dessous de la limite légale fixée pour 2015. En l’espace de quatre ans, l’éco-compatibilité de ses processus de production a augmenté de 19%, là encore en avance sur l’objectif de 25%. « La seconde moitié du chemin sera plus difficile à accomplir que la première », a cependant précisé Martin Winterkorn. « Chaque gramme, chaque pour cent supplémentaire gagné se paiera au prix d’un dur labeur. »

 

En termes de résultat d’exploitation, l’entreprise affiche également un bon début d’année. En effet, pour la première fois de son histoire, le Groupe Volkswagen a livré plus de 1,5 million de véhicules en janvier et février. Et, pour la première fois également, il a franchi l’an passé le cap des dix millions de livraisons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Groupe Volkswagen

   Le Groupe Volkswagen, dont le siège est à Wolfsburg, compte parmi les plus importants constructeurs automobiles du monde et occupe la tête du marché en Europe. En 2013, ses livraisons ont augmenté pour atteindre 9,731 millions d’exemplaires (2012 : 9,276  millions), ce qui correspond à une part de 12,8% du marché mondial des voitures particulières.

   Presque un quart de toutes les voitures neuves (24,8%) immatriculées en Europe de l’Ouest provient du Groupe Volkswagen. En 2013, le chiffre d’affaires du Groupe était de 197 milliards d’euros (2012 : 193 milliards). Pour -l’exercice 2013, le bénéfice après impôts a progressé pour s’établir à 9,3 milliards d’euros (2011 : 21,9 milliards).

   Le Groupe compte douze marques, produites dans sept pays européens : Volkswagen, Audi, SEAT, ŠKODA, Bentley, Bugatti, Lamborghini, Porsche, Ducati, Volkswagen Nutzfahrzeuge (véhicules utilitaires), Scania et MAN.

   Chaque marque a son propre caractère et agit en tant qu’acteur indépendant sur le marché. L’offre de véhicules va des motos aux voitures de prestige en passant par les citadines à vocation économique. Dans le secteur des utilitaires, la gamme s’étend des pick-up aux bus et poids lourds.

   Le Groupe Volkswagen est également actif dans d’autres domaines industriels avec la production de gros moteurs diesel destinés à des applications marines ou stationnaires (centrales prêtes à l’usage), de turbocompresseurs, de turbomachines (turbines à vapeur et à gaz), de compresseurs et de réacteurs chimiques. Par ailleurs, le Groupe produit des systèmes de transmission spéciaux pour véhicules et pour turbines, notamment.

   A côté de cela, le Groupe Volkswagen propose un large éventail de services financiers parmi lesquels les formules de financement pour les commerçants et les clients, le leasing, les opérations bancaires et d’assurance, ainsi que la gestion de flottes.

   Le Groupe exploite 106 sites de production dans 19 pays européens et dans 8 pays d’Amérique, d’Asie et d’Afrique. Chaque jour, 572.800 personnes travaillent à la production de quelque 39.350 véhicules ou sont actives dans le domaine de la prestation de services liés à l’automobile, voire dans d’autres branches d’activité. Le Groupe Volkswagen vend ses véhicules dans 153 pays.

   L’objectif du Groupe est de proposer des voitures attrayantes, sûres et respectueuses de l’environnement, concurrentielles dans un marché toujours plus exigeant et qui s’imposent en tant que références dans leurs classes respectives.