Le Transporter a 70 ans - Volkswagen California story

Le Transporter a 70 ans - Volkswagen California story

Vendredi 22 décembre 2017 —  

Dans le cadre du 70ème anniversaire du Transporter et du prochain salon de Bruxelles où il sera particulièrement mis en valeur, voici un recueil de communiqués de presse à propos de l'histoire de l'une de ses versions emblématiques, le California.

 

L’appel de la liberté

Les débuts du Volkswagen Camper

Le Volkswagen Camper a plus de 65 ans ! C’est en 1951 que la firme Westfalia transforme la camionnette Volkswagen en campement mobile grâce à un ensemble d’accessoires connu sous le nom de «Camping Box». Qui donnera bientôt naissance au premier Volkswagen Camper développé par le constructeur allemand. Un véhicule qui profitera pleinement de la première vague de voyages de l’après-guerre, qui deviendra le fer de lance des exportations pour Volkswagen, et qui jouera un rôle culte pour la génération Hippie aux Etats-Unis.

 

Aujourd’hui, Volkswagen construit en moyenne 4.000 California - la version actuelle du Camper - par an. En 2011, un nouveau record a été établi avec plus de 6.000 exemplaires vendus, ce qui représentait une augmentation de plus de 100% par rapport à 1997, où « seulement » 3.200 California avaient trouvé acquéreur… Mais tout a commencé dans les années 1950…

Durant les fifties, Mickey Mouse débarque en Allemagne, le cinéma voit éclore des stars comme Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, James Dean, Marilyn Monroe, Marlon Brando… Le monde de la musique n’est pas en reste avec les premières notes de rock & roll qui retentissent aux USA avant de déferler sur le Vieux Continent, où Caterina Valente et son frère Silvio Francesco enchantent la jeunesse avec leurs titres pleins d’entrain. Leur tempérament méditerranéen et leurs rythmes nonchalants éveillent des envies de conquêtes pacifiques et invitent au voyage, à la découverte de nouveaux horizons.

On rêve de nature, de destinations inconnues, de lac, de montagne… Les gens veulent s’évader, s'éloigner du monde du travail et partir sur la route de l’aventure en traversant les frontières (alors bien réelles) avec nonchalance, à condition de jouir d’une certaine autonomie, comme celle offerte par le Volkswagen Camper.

Le premier Camper s’est imposé comme le précurseur d'une nouvelle catégorie de véhicules qui allait rapidement devenir un phénomène planétaire. Les globe-trotters lui faisaient confiance, les hippies l'aimaient - et s’aimaient dedans - et là où d'autres automobiles atteignaient leurs limites, la camionnette cherchait encore les siennes. Aujourd'hui, ce sont les collectionneurs qui lui demandent un dernier service, lui assurant une place privilégiée dans l’Histoire de l’automobile.

Avec ses 25 chevaux, il ne s'agissait pas vraiment d'un pur-sang, mais la puissance du moteur boxer refroidi par air de la VW Coccinelle suffisait à voyager rapidement vers des destinations éloignées, même si à l’époque, le terme «rapidement» faisait référence à un rythme assez calme.

La plus grande force du Camper original résidait dans sa capacité à emprunter toutes sortes de routes. S’il lui arrivait de dépasser la barre des 100 km/h, c’est surtout à l’assaut des cols escarpés qu’il marquait les esprits. Là où d’innombrables véhicules laissaient partir leurs ambitions dans un grand nuage de fumée, le Camper continuait sereinement son ascension, prouvant que son boxer à air ne craignait ni les difficultés, ni l’altitude, contrairement à la plupart des moteurs liquides de l’époque.

Pendant les six décennies qui ont suivi, le VW Camper a perpétué la tradition, pour le plus grand plaisir des artistes, des musiciens, des globe-trotters et des amateurs d’automobiles en général, s’imposant définitivement comme symbole de la liberté sur quatre roues.