La strat-up POPPY lance la plus grande flotte de voitures partagées en "free floating" du pays

La strat-up POPPY lance la plus grande flotte de voitures partagées en "free floating" du pays

Samedi 13 janvier 2018 — A partir du 15 janvier, 350 voitures partagées écologiques réparties sur Anvers

ANVERS, le 13 janvier 2018

 

Primeur pour la mobilité anversoise : la start-up Poppy lance le 15 janvier 350 voitures

écologiques partagées en « free floating » dans la région d’Anvers. Grâce à l’application

Poppy, les utilisateurs peuvent localiser la voiture la plus proche et la déverrouiller en un

clic. Arrivés à destination, ils pourront ensuite simplement stationner le véhicule sur la voie

publique dans la région d’Anvers tant que celui-ci reste dans la « homezone ». Sachant

qu’une voiture partagée remplace 5 à 10 voitures privées, Poppy compte ainsi améliorer la

mobilité à Anvers et la rendre plus sûre.

 

La plate-forme Poppy a été testée avec une première flotte composée de 30 voitures au cours

des derniers mois. Aujourd'hui, Poppy passe à la vitesse supérieure – avec l’accélérateur de

start-ups Lab Box - et étend sa flotte à pas moins de 350 voitures partagées écologiques. La

flotte se compose de Volkswagen e-Golf 100 % électriques et d’Audi A3 g-tron roulant au CNG

(gaz naturel comprimé). Avec ses 350 voitures, Poppy propose ainsi la plus grande flotte de

voitures partagées dans une même ville.

 

Par le biais de sa nouvelle filiale Lab Box, créée en septembre 2017, D’Ieteren Auto confirme

son ambition de proposer des solutions de mobilité innovantes. « Lab Box a été impressionné

par ce que l’équipe de Poppy a été en mesure de réaliser en un laps de temps si court : du

marketing aux partenariats opérationnels et commerciaux, l’équipe a mis en place les bases

d’un service de voitures partagées de qualité à Anvers » souligne Dirk Joos, Managing Director

de Lab Box. « Nous voyons un grand potentiel dans ce projet orienté vers l’avenir qui changera

positivement l’écosystème de mobilité de la ville. »

 

Non seulement la taille de la flotte est unique à Anvers mais le système d’auto-partage « free

floating » est également nouveau pour la ville. Les voitures partagées n’ont pas de place de

stationnement fixe et peuvent être stationnées gratuitement dans toute la « homezone »

(Anvers et quelques districts). L’application Poppy permet aux utilisateurs de localiser la

voiture la plus proche et de déverrouiller le véhicule en un clic. Une fois arrivés à destination,

il suffit aux utilisateurs de stationner la voiture sur la première place libre qu'ils trouvent. Le

paiement se fait à la minute : 33 cents pour chaque minute de conduite, 10 cents quand vous

êtes garé et que vous souhaitez maintenir la réservation pour la durée de votre choix (pour

un bref arrêt par exemple). Vous avez besoin d'une voiture pour toute la journée pour

effectuer un trajet plus long ? C’est possible, tant que vous revenez dans la « homezone »

anversoise pour terminer le trajet. Vous payerez alors au maximum 90 euros pour 24 heures.

Vous payerez toujours le tarif le plus bas. L’entretien, le rechargement des batteries,

l’assurance, les frais de parking, … Tout est inclus dans le prix par minute.

La mobilité partagée, une solution pour les embouteillages et les difficultés de

Stationnement.

 

« L’économie du partage a initié un mouvement irréversible, l’usage prenant petit à petit le

pas sur la propriété », explique Alexander Van Laer, CEO de Poppy. « Il en va de même pour

la mobilité. Un grand nombre de voitures sont en stationnement la majeure partie du temps

à Anvers et celles-ci pourraient être mieux utilisées. La mobilité partagée accélère dans les

grandes villes du monde entier. Avec Poppy, nous voulons apporter cet élan à Anvers et, par

la suite, au reste de la Belgique. Les voitures partagées peuvent jouer un rôle essentiel dans

une mobilité plus efficace et plus sûre. »

Poppy est convaincu que, non seulement les utilisateurs tireront profit des voitures partagées,

mais que la mobilité dans la ville s’améliorera grâce à la forte progression du nombre de

voitures partagées écologiques. « Des études internationales ont démontré qu’une voiture

partagée pouvait remplacer 5 à 10 voitures privées », clarifie l’échevin de la mobilité Koen

Kennis (N-VA). « À terme, cela améliorera l’offre de stationnement et les utilisateurs

réfléchiront davantage à leur façon de se déplacer. »